Accueil

 

Ceci est le site (et blog) d’Emmanuel Arnaud, auteur de romans et récits depuis 2006, publiés aux éditions Rouergue, Métailié, et Thierry Marchaisse.

Vous trouverez dans la rubrique « Presse » les résumés de mes différents textes et leurs chroniques médias, blog, libraires et bibliothèques.

Mon dernier roman Comment on devient bon en maths ? (Une aventure de Kropst le rusé) , la suite du Théorème de Kropst, est paru le 14 février 2019 aux éditions Métailié :

https://editions-metailie.com/livre/comment-on-devient-bon-en-maths/

Vous trouverez ci-dessous quelques chroniques sur Comment on devient bon en maths

Le récit Tchikan paraîtra quant à lui au Japon (éditions East Press) en novembre 2019.

Je tiens également  une chronique (en japonais) avec Kumi Sasaki dans le journal japonais Toyo Keizai visant à comparer les sociétés françaises et japonaises sur différents plans. Vous trouverez plus d’informations sur ces chroniques dans la partie « bio et contact » de ce site.

De temps à autre, je participe à des rencontres en classe avec des élèves, assure des formations ou donne des conférences dans le cadre d’ateliers d’écriture, en groupe ou personnalisés. Pour toute information à ce sujet, n’hésitez pas à me contacter à l’adresse suivante :

emmanuelarnaud.contact@gmail.com

My English webpage is:

https://emmanuelarnaudblogen.wordpress.com/

日本語のページのリンク:

https://emmanuelarnaudjp.home.blog/


Quelques chroniques publiées sur Comment on devient bon en maths ?
17 Avril
Chronique dans L’Opinion du 16 avril, par Bernard Quiriny :

« On dévore ce nouvel épisode avec le même plaisir que les deux premiers, à la façon d’une plongée sociologique dans le monde des taupins, mâtinée d’une réflexion sur la psychologie des matheux et sur la place de l’imagination dans les maths.« 

5 Avril
Chronique dans les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) du 5 avril, par F.M :

« Pour trouver sa voie et surtout se trouver lui-même, Kropst s’inspire de Roger Federer, d’Indiana Jones, de Fosbury (oui, le révolutionnaire du saut en hauteur, requis au concours de Polytechnique), des Chevaliers du Zodiaque (série japonaise du club Dorothée) et de Cédric Villani, rencontré par hasard dans une librairie.

Le roman, comme le précédent, offre une plongée drôle et fine dans le monde des « prépa » et dans la tête d’un ado matheux. Mieux, si vous en avez un à la maison, filez-lui le bouquin et constatez qu’enfin, il se met à lire.« 

16 mars
Rencontre sur le stand du CNL (Centre National du Livre) avec C. Villani sur le thème « Le goût des sciences », animée par Marie-Madeleine Rigopoulos:
15 mars
Chronique de Baz-art sur son site Baz-art.org :
« C’est tout le talent d’Emmanuel Arnaud,  ancien élève de la ENS en Maths Physiques, qui a déjà écrit plusieurs aventures de Kropst  ( Le théorème de Kropst notamment) , de nous rendre intelligent en rendant les mathématiques plus accessible que ceux qu’on redoutait…
Un roman drôle et décomplexant,  qui tord les idées reçues que demander de plus? « 
2 mars

Interview par Claudine Castelnau pour son émission Actuelles sur Radio Fréquence Protestante à propos de Comment on devient bon en maths ? :

https://frequenceprotestante.com/diffusion/actuelles-du-02-03-2019/

25 Février
Chronique de Keisha sur son blog En lisant en voyageant :
« En plus de belles explorations dans un cerveau qui fait des maths, ce roman se termine avec des allures de thriller, avec Kropst passant les concours de l’X et de l’ENS. Sera-t-il reçu?Avec Cédric Villani en guest star.
Je précise qu’il n’y a pas besoin de comprendre les maths de classes prépa pour lire ce roman, drôle et bien écrit
Lecture hautement recommandable, même si (et surtout si) vous avez toujours été une brêle en maths« 
16 Février
Chronique de Sylvie Sagnes sur son blog Cunéipage :

« Une aventure de Kropst le rusé » nous dit-on en sous-titre, et qui a lu « Le théorème de Kropst » ne manquera pas de lire ce troisième tome consacré à ce personnage (que l’on peut tout à fait aborder sans avoir lu le précédent, d’ailleurs). C’est l’année de maths spé, la deuxième (la seconde, souvent…) après la terrible maths sup, qui a certes donné le ton mais sans préparer réellement à la difficulté de spé. Dès le début, Kropst vacille. Il perd vingt places au classement, ses notes sont catastrophiques et il ne voit pas comment inverser la tendance, il bosse déjà plus que de raison. Il se livre alors à un examen minutieux de ce qui l’a amené à se croire doué, et trouvera le biais par lequel réaborder plus sereinement cette année déterminante…

Emmanuel Arnaud sait comme personne séduire son lecteur même avec les sujets les plus ardus. Sa manière de nous parler de math sans nous perdre n’a, à ma connaissance, pas d’égale, et ce qu’il nous donne à voir des études supérieures contient le juste dosage de persiflage et d’admiration. Fin et vivant, remarquablement bien écrit, ce roman nous donne l’illusion d’être nous-mêmes intelligents !  »

14 Février
Chronique de Lisa Giraud Taylor sur son blog :
« Ce roman est un texte dense, drôle, qui divague entre références de pop culture, souvenirs de post-adolescence (punaise, les Chevaliers du Zodiaque !) et qui nous plonge dans l’univers des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; on suit et sent la pression, l’excellence, les combines et les rivalités… à travers les yeux de Laurent Kropst qui décrit aussi bien ses camarades que les méthodes.

(…) J’ai aimé ce style cynique, drôle, blasé quelques fois, étonnant et détonnant avec des apartés et ce côté ascenseur social (et la critique sociale qui va avec !) qui se profile çà et là, au fil des pages. Si vous avez des velléités d’intégrer ces classes, lisez ce roman et accrochez bien, les élus sont rares… et pas tout le monde peut devenir un Chevalier du Zodiaque « 

Publicités